Faire l’amour devrait être source de plaisir pourtant pour certaines femmes faire l’amour devient source de douleur.


C’est l’un des troubles sexuels le plus répandu chez la femme.

La douleur :

Elle est ressentie de façon plus ou moins forte selon les femmes. Son vécu est lui aussi variable : elle pique, elle brûle, elle transperce, elle irrite, elle démange, elle coupe…


Peu importe le verbe qu’elle revêt pour se décrire, la douleur fait mal.

Elle fait mal au corps et elle fait mal à l’âme.

Sa localisation :

Cette douleur peut être éprouvée aussi bien à l’entrée du vagin qu’en profondeur.

Elles peuvent être diverses, multiples et même interactives les unes aux autres.
La recherche de la ou des causes de la dyspareunie demande un questionnement précis.

Elles peuvent être d’origine:

  • Gynécologique : infection, mycose, endométriose, IST …
  • Urinaire: infection, cystite…
  • post-grossesse : déchirure, épisiotomie…
  • physiologique : baisse de la lubrification lors de la ménopause …
  • psychologique : stress, anxiété, la peur d’avoir mal, les fausses croyances…

Ses conséquences :

La douleur peut avoir des conséquences sur toutes les phases de la réponse sexuelle et provoquer :

  • Une baisse du désir,
  • Une baisse de la lubrification de la paroi vaginale,
  • Une difficulté à éprouver du plaisir et à atteindre l’orgasme.
  • Vaginisme

La douleur génère du stress et de l’anxiété. Le mal-être et le déplaisir peuvent entraîner des conduites d’évitement de la relation sexuelle au risque de s’en désintéresser complètement.

Elle affecte la vie du couple.

Sa prise en charge :

La dyspareunie est un problème fréquent mais souvent « négligé » et « mal compris ». Elle est régulièrement traitée de façon tardive et spécifique, or elle demande une approche globale (physique et psychologique).

La prise en charge d’une dyspareunie, c’est avant tout :

  • La reconnaître, c’est à dire entendre la douleur des femmes qui en souffrent,
  • La connaitre, c’est à dire comprendre comment et pourquoi cette douleur se manifeste.

Conseil :

Ne restez pas seule avec votre douleur parlez-en à un professionnel.

Laisser un commentaire